L’association Valdequint s’est fixé un objectif ambitieux : promouvoir et développer le maraîchage coopératif en vallée de Quint.

Après une phase de montage du projet, l’association est passée à l’action, avec le soutien technique de l’association Les Jardins nourriciers et le travail précieux des adhérents jardiniers !

Voici un petit retour sur ce projet qui démarre fort, et qui promet de belles récoltes !

Étape 1 : La recherche de terrains
Il aura suffi d’une rencontre avec M. et Mme Clément pour établir une relation de confiance. Ce couple de Sainte-Croix était à la recherche de porteurs de projets pour cultiver leurs terres… et c’est précisément ce que nous souhaitions faire ! Une fois la mise à disposition des terrains actée, l’association a pu engager son projet.

Hélas, M. Clément nous a quitté depuis. Dorénavant, il nous tient à cœur de prendre soin de ces parcelles, et de créer des jardins nourriciers et fleuris qui lui auraient apporté joie et satisfaction !

Aperçu des terrains mis à disposition par la famille Clément

Étape 2 : Clôtures et premiers travaux du sol
Depuis le mois de mars, des chantiers ont lieu presque tous les vendredis pour préparer et équiper les terrains mis à disposition de l’association.
La première étape des chantiers coopératifs a été la mise en place des clôtures.

Avec 4 rangs de fils électriques, dont le plus haut à 1,30m du sol, on espère que les chevreuils laisseront les salades pousser tranquillement !

Étape 3 : La préparation des sols et planches du cultures.
Les parcelles mises à disposition étaient cultivées avec de la luzerne. Il a donc fallu préparer les sols. Certaines parties ont été labourées au tracteur, avec l’aide précieuse de Oda et Jochen, chevriers à Vachères-en-Quint. Une autre partie du terrain a simplement été griffée en surface, à l’aide d’un cheval ! Grand merci à Lena, et ses chevaux, pour le superbe boulot !

Ces deux façons de travailler le sol permettront de comparer les pratiques, et déterminer si à l’avenir, nous souhaitons travailler les sols en profondeur (avec le tracteur) ou plutôt en surface, avec le cheval. Nous veillerons donc à comparer les rendements des différentes zones, mais également les besoins en arrosage, la résistance aux maladies ou encore la repousse de plantes adventices.

Dans un second temps, nous avons tracé 16 planches de 30m de long par 80cm de large, à l’aide de cordeaux. Chacune de ces planches a été enrichie avec du fumier et du compost.

Étape 4 : Le système d’irrigation
Parce que les salades, radis, courges et autres légumes, ça pousse mieux avec un peu d’eau, il convenait d’installer un système d’irrigation efficace !

Initialement, nous avions prévu d’équiper les parcelles avec des tuyaux de goutte à goutte et des asperseurs. Nous aurions ainsi pu varier les arrosages, parfois au pied des plantes, parfois en arrosant par en haut.
Finalement, nous avons opté pour la micro-aspersion.

Des tuyaux sont disposés dans les allées et équipés avec des petits bras asperseurs. Ceux-ci arrosent sur un rayon de deux mètres, soit deux planches à la fois. Ce choix s’explique notamment par le fait que les goutte-à-gouttes, malgré leurs avantages, sont vite embêtants quand il s’agit de travailler les sols.

Avec l’arrosage par micro-aspersion, nos planches de cultures restent libres de tuyaux et pourront ainsi être travaillées, ou amandées, plus facilement !

Étape 5 : Les premières plantations
Tout en terminant la mise en place du matériel et la préparation des sols, certaines parties du terrain ont pu être plantées. C’est le cas d’une parcelle dédiée à la culture des pommes de terres.

Les jardiniers bénévoles ont pu goûter les joies de planter sur des lignes de plus de 50 mètres de long. Et grâce à eux, la moitié du champ est déjà planté ! Suite de l’aventure au prochain chantier !

Les prochaines étapes :
Une fois toutes les pommes de terre plantées, et le risque de dernière gelées écartée, les jardiniers pourront entamer la mise en terre de plantes plus sensibles au froid comme les tomates, courgettes, concombres, salades, etc.

On compte sur vous pour venir participer aux prochains chantiers !

Rappel : votre présence aux chantiers coopératifs crédite votre solde de points, que vous pourrez ensuite utiliser pour bénéficier de réductions sur les paniers de légumes, mais aussi pour acheter des semences, plants, composts, extraits fermentés de plantes (purins) ou encore pour emprunter du matériel (débroussailleuse, tarière, broyeur, etc.).

Et demain ? Les paniers de légumes…Si les cultures se développent bien, des distributions de paniers de légumes auront lieu, dès le mois de juin, tous les vendredis en fin d’après-midi à Ste-Croix. Des paniers pourront également être déposés à l’Épilibre de St-Julien-en-Quint.

Retrouvez l’article “Des légumes frais pour la vallée”, paru dans la dernière Feuille de Quint, pour en savoir plus sur les paniers de légumes ! C’est par ici !

Et si vous souhaitez en savoir davantage sur ce projet, voir même vous impliquer, contactez-nous vite !! On vous expliquera tout en détail !

Au plaisir de jardiner à plusieurs, avec vous !

%d blogueurs aiment cette page :