On savait Dorothée Martin artiste. Ses peintures avaient suscité beaucoup d’enthousiasme lors de la dernière brocante. On la connaissait comme éleveuse et agricultrice. On lui reconnaissait bien du talent au maniement du ballon rond. On découvre maintenant Dorothée également artisane pleine d’ingéniosité. Le Quint’Foot est né de ses mains et de son imagination.

Un premier exemplaire a été mis à disposition à l’ÉpiLibre pour que chacun puisse en profiter. Et Dieu sait si de nombreux joueurs s’y sont essayés depuis son installation fin septembre. Merci à Dorothée. Nous invitons tou(te)s à tous les Quint’babyfooter(euse)s à venir tâter du Quint’Foot et pour celles et ceux qui ne peuvent plus s’en passer, notamment lorsque l’Épilibre est fermé, Dorothée serait ravie d’en fabriquer d’autres, sur mesure.

%d blogueurs aiment cette page :